CHÉRIES-CHÉRIS, DEVINEZ CE QU’ON PASSE AU QUAI DE LOIRE CE SOIR ?

King Cobra ou le porno en quête de lettres de noblesse

King Cobra ou le porno en quête de lettres de noblesse

Aujourd’hui c’est le grand jour, le jour J, D-Day quoi, et comme on ne fait pas les choses à moitié à Chéries-Chéris, pour cette soirée d’ouverture, on a voulu vous envoyer du lourd, du très lourd, alors, attention les yeux !

Avouez qu’il est quand même carrément craquant ce petit Garrett Clayton, surtout à la minute 01:50 quand il lance un regard fixe caméra pendant qu’il se fait… enfin, bref, je m’égare, je m’égare ! N’empêche que, s’il passe un jour à Paris et qu’il cherche un endroit où dormir, il ne dormira pas dans ma baignoire…

Alors, pourquoi le choix de King Cobra ?

King Cobra, c’est avant tout un film à grand spectacle qui se démarque sensiblement des autres films du festival, majoritairement des films d’auteurs. Chéries-Chéris avait a coeur d’offrir à ses spectateurs un film choc, inédit en France et d’envergure internationale pour sa soirée d’ouverture.

garrett-clayton

Un film profondément provocateur et sulfureux (et ça, on aime !), dans lequel on retrouve des acteurs de choix, parmi lesquels les talentueux James Franco (que l’on avait déjà vu dans I am Michael (2015), du même réalisateur), Christian Slater ainsi que le jeune et prometteur Garrett Clayton dans le rôle du protagoniste principal, Sean Paul Lockhart alias Brent Corrigan.

king_cobraLe sujet du film est pour le moins émoustillant : l’histoire de l’ascension d’un jeune acteur dans les méandres d’un certain milieu du porno gay – un milieu hostile qui rappelle les codes et les lois d’une organisation mafieuse – et dans lequel le jeune protagoniste se laisse plus ou moins candidement entraîné, finissant par être mêlé à une sombre affaire de meurtre, et pas n’importe quel meurtre puisqu’il s’agit du meurtre de son producteur.

Dans cette adaptation du roman Cobra Killer de Andrew E. Stoner et Peter A. Conway, le réalisateur, Justin Kelly – dont on se souvient du dérangeant mais néanmoins excellent I am Michael (2015), retraçant l’histoire vraie et controversée de Michael Glatze, un activiste gay qui finit par rejeter son homosexualité et devenir pasteur – offre à travers King Cobra un thriller psychologique de grande qualité, qui traite avec intelligence une autre image du porno gay à laquelle nous pouvons être habitués. Si les scènes sont crues (ce qui n’est pas forcément pour déplaire à nos chastes âmes torturées), le sujet est traité sans obscénité gratuite aucune et sans jugement malencontreux.

Adrénaline, sexe, passion et thriller sont au rendez-vous, alors qu’attendez-vous !?

bassin-de-la-villette-cinema-mk2-630x405-c-otcp-marc-verhille-i-109-12En tout cas, nous, on n’attend pas, on y court ! Rendez-vous à 20 heures pünktlich au cinéma MK2 Quai de Loire, 7 Quai de la Loire, 75019, métro Jaurès (ligne 2). À ne pas confondre avec le MK2 Quai de Seine qui fait face, de l’autre côté du canal. Et si vous avez un doute à la sortie du métro, allumez vos Grindr et Hornet et suivez les collègues !

Il s’agit d’une soirée d’ouverture alors, invités ou simples manants, mettez-vous sur votre 31 et soyez propres comme des sous neufs. Du prestige, que diable, du prestige !

Et puis, qui sait, ça peut être l’occasion de faire une belle rencontre…

Bref, on compte sur vous. La France, compte sur vous. Si, si. Enfin, c’est une image, quoi. À + !

CultureNews

Vous serez intéressé par :