TENDRESSE À QUAI

Voyage en humanité

Il  y  a  des  pièces  qu’on  a  bien  du  mal  à  définir,  à  faire  rentrer  dans  des  cases,  tant  elles  font  figures  d’ovnis  théâtraux.  Cette  œuvre  écrite  et  interprétée  notamment  par  Henri  Courseaux  fait  partie  de  celles-là,  mais  dans  le  bon  sens  du  terme:  les invraisemblances  s’y  multiplient,  l’absurde  se  conjugue  à  un  lyrisme  exacerbé  et  le  rire  s’allie  au  drame.  Le  tout  au  service  d’une  douce  philanthropie  caressante…

Par Grégory  Ardois-Remaud

« Je  suis  là »,  tirade  répétée  à  plusieurs  reprises,  aurait  pu  être  un  titre  parfaitement  adéquat  pour  cette  parenthèse  que  représente  la  pièce  signée  par  Henri  Courseaux  et  la  rencontre  entre  Madeleine,  jeune  cadre  commerciale [interprétée  par  Marie  Frémont],  et  Léon  [Henri  Courseaux  lui-même],  écrivain  d’une  soixantaine  d’années,  en  mal  d’écriture.  Une  rencontre  donc,  de  l’amour  peut-être,  de  la  tendresse  sans  doute,  mais  pas  que…

En  effet,  tour  à  tour,  le  spectateur  peut  être  ému  par  ce  duo  improbable, désarçonné  par  l’inventivité  du  texte,  enjoué  par  l’espièglerie  verbale  de  son  auteur.  Il  reste  toujours  captivé  par  cette  joute  entre  les  deux  personnages,  tels  des  équilibristes  qui  se  donnent  tellement  l’un  à  l’autre  pour  essayer  de  ne  pas  tomber.  Le  voyage  se  décline,  se  prolonge  et  s’amplifie  dans  une  jolie  rêverie  salutaire.  Les  invraisemblances  s’allient  à  de  multiples  mises  en  abyme,  à  des  comédiens  qui  jouent  plusieurs  rôles,  à  une  poésie  textuelle  toujours  dans  un  entre-deux,  comme  si  la  fiction  et  la  réalité  avaient  des  frontières  pour  le  moins  fluctuantes.

 

« Le  voyage  se  décline,  se  prolonge  et  s’amplifie  dans  une  jolie  rêverie  salutaire »

Mais  cette  petite  perle  de  la  rentrée  théâtrale  parisienne  doit  également  sa  grande  qualité  à  la  mise  en  scène  de  Stéphane  Cottin,  à  qui  l’on  doit  déjà  le  vénéneux  et  jouissif Lauréat du  printemps  dernier  [au  théâtre  Montparnasse].  Une  fois  de  plus,  ce  touche-à-tout  propose  une  approche  globale  du  théâtre,  avec  une  inventivité  non  gratuite  du  décor  et  de  la  scénographie.  Le  spectateur  demeure  ainsi  pendant  les  90  minutes  de  spectacles,  comme  flottant  au  cœur  d’un  bijou  fragile,  précieux,  mis  en  place  sur  un  écrin  subtil  et  élégant.

Finalement,  la  rencontre  de  ces  deux  solitudes  aurait  pu  être  d’une  tristesse  abyssale.  Mais  c’était  sans  compter  l’espièglerie  de  l’auteur,  la  générosité  des  acteurs  et  la  caresse  du  metteur  en  scène.  On  ne  s’y  était  pas  trompé :  on  pensait  ressortir  les  larmes  aux  yeux,  on  est  en  effet  ému,  mais  plutôt  comme  transportés  par  une  bulle  de  tendresse  pleine  d’optimisme.

ÇA  PARLE  DE  QUOI ?

Deux  personnages  que  tout  oppose :  leurs  âges,  leurs  origines  sociales  et  leurs  cultures.  Un  vieil  écrivain  [ancien  prix  Goncourt]  en  mal  d’inspiration  et  une  jeune  cadre  commerciale,  bientôt  licenciée.  Ce  qui  se  noue,  lors  de  leur improbable  rencontre  sur  un  quai  de  gare,  n’est  pas  seulement  une  impossible  histoire  d’amour  transgénérationnelle  mais  aussi  l’affrontement  de  deux  logiques,  de  deux  solitudes  assoiffées.

PLUS  D’INFOS :

Au  Studio  Hébertot  jusqu’au  18 novembre

www.studiohebertot.com

 

 

News

Vous serez intéressé par :