SEXO Le trampling : se faire marcher dessus pour prendre du plaisir ?

Bien que marginale dans les pratiques fétichistes, le trampling est une pratique sexuelle qui consiste à se faire marcher dessus pour prendre du plaisir. Originaire des Etats-Unis, elle a...

Bien que marginale dans les pratiques fétichistes, le trampling est une pratique sexuelle qui consiste à se faire marcher dessus pour prendre du plaisir. Originaire des Etats-Unis, elle a commencé à faire des émules en Europe il y a 15 ans, au point de devenir une pratique utilisée dans les films porno ou dans certaines soirées berlinoises. Pratique pour le moment assez peu répandue en France, c’est vers des sites internet étrangers qu’il faut se diriger pour obtenir des renseignements, avoir des témoignages de vrais fétiches et en comprendre toutes les composantes.

On peut traduire trampling par « piétinement » : il s’agit en fait d’une pratique qui est le plus souvent exercée en baskets (TN, Airmax…) chez les gays. C’est chez les sneakers qu’elle est la plus répandue car elle est le prolongement de leur fascination pour les chaussures et leur pouvoir.

Elle fait partie des nombreuses formes de fétichisme liées au pied et semble s’adresser exclusivement à un public masculin qui aime se faire dominer par des pieds. Associée aux pratiques sadomasochistes à risque, le trampling demande un certain entraînement et une résistance physique car une chaussure peut blesser, et le poids d’un homme sur votre torse ou vos organes peut entrainer un risque de fracture ou de lésions internes par exemple. Le piétinement peut se faire sur le torse, le ventre, les organes génitaux, les cuisses, etc…

« Mes premières expériences ont été assez « soft » ça a commencé par les mains, les bras, les cuisses, visage »

Certaines personnes vont même jusqu’à sauter sur le corps de leur partenaire, rebondir dessus à pieds joints, prendre appui sur leur figure (face trampling) en équilibre sur un seul pied. On retrouve dans cette pratique la notion de fétichisme du pied et celle d’être littéralement « aux pieds de quelqu’un » ou « à sa botte », dans laquelle le pied prend un intérêt surdimensionné.

Mais pour mieux vous expliquer le phénomène, nous avons tout simplement demandé à un adepte du trampling de répondre à nos questions indiscrètes ! Brian, peux-tu nous dire comment tu es arrivé à pratiquer le trampling ? Je n’ai pas commencé à pratiquer le trampling immédiatement, c’est plus venu avec le temps, c’est plus dans la continuité de mon fétichisme autour du sneaker.

Au début je ne connaissais absolument pas cette pratique, mais avec le temps en allant dans des événements sneakers où j’y étais confronté, ça m’a intrigué. Mes premières expériences ont été assez « soft » ça a commencé par les mains, les bras, les cuisses, visage et ce avec 1 pied puis les deux mais avec un 3ème point d’appui, puis avec le temps j’ai évolué vers le trampling sur le corps entier et le mec complètement debout sur moi. Cette pratique semble directement être liée à tes pratiques sneaker.

Quelles chaussures t’attirent le plus ? Tu lèches ou sniffes aussi durant la séance de trampling ? C’est une pratique qui est très liée aux sneakers oui car en plus du fait d’aimer avoir le mec debout sur soi cela rentre dans un jeu de domi/soumis aussi. Étant donné que je suis sneakers les chaussures (skets) qui m’attirent le plus sont bien entendu les Nike TN, Air Max et j’ai aussi un petit faible pour les Adidas montantes.

Pour répondre à la deuxième question, durant le début de la séance oui. Elle peut commencer par un léger écrasement du visage avec la skets à nettoyer, dessus, dessous ou même la chaussette (cho7) à sniffer. Comment se déroule une séance où tu es soumis aux skets d’un master ? Il n’y a pas vraiment de déroulement type, car chaque master agi différemment et imprime à la séance son style La tenue de « soumission » a son importance : simple juste avec un collier ou plus complète avec un ensemble collier harnais laisse le tout en jockstrap, short TN chaussette montante ou autre. Une fois cette tenue enfilée déjà on se met au service de son domi/master.

Il va commencer en général par faire mettre à genoux devant lui en tirant sur le collier/laisse vers le bas. Ensuite ça peut varier mais fetish 16 dossier pratique souvent ça commence par le tirage de collier vers les skets ou il monte son pied au visage pour qu’on lui nettoie. Il faut être précis et bien lécher sous tous les angles. Puis il nous allonge ou alors nous laisse à genoux et nous fait sniffer sa skets à fond et/ou ses cho7.

Après viens le moment où il nous bloque entre ses jambes ou nous attache (bondage) à quatre pattes avec la sket sur le nez ; il peut aussi parfois rajouter sa paire de cho7 dans la bouche en guise de bâillon. Que ressens-tu comme sensations quand un mec te marche dessus ? Les sensations sont assez variées car cela dépend aussi de la pression, la force que le domi va mettre lors de son trampling.

Mais en général ce qui es très plaisant c’est de se sentir dans un état de soumission physique mais aussi mental complet puisque on ne peut pas vraiment bouger une fois le domi debout sur nous. Mais dans cette soumission il y a aussi le fait de se sentir fort car il faut l’être pour supporter quelqu’un qui vous domine de tout son poids. Les coups de pieds rentrent-ils dans cette pratique ? Et sniffer les chaussettes ? Les coups de pieds ou de TN peuvent tout à fait rentrer dans cette pratique mais alors on part plus vers le jeu de la domination violent. C’est une évolution du trampling et tout le monde ne peut pas encaisser des coups qui sont de fait très brutaux.

Les traces que laissent les skets sur ton corps semblent te captiver ; tu ressens quoi ? Oui c’est sûr car pour moi c’est tou- 17 fetish jours un plaisir de voir une trace de TN sur mon corps après une séance de trampling même si elles s’estompent en général assez vite. Ce que je ressens quand je vois ça et bien c’est une fierté d’avoir réussi à encaisser un trampling complet et avoir été assez fort pour n’en garder qu’une petite trace sur moi.

« Ce qui est très plaisant c’est de se sentir dans un état de soumission physique mais aussi mental complet »

Quelles sont les risques du trampling ? Comment les éviter et encadrer cette pratique ? Alors des risques il y en a bien sûr comme dans toute pratique un peu extrême. Ça peut allez du bleu à des choses plus grave comme la fracture, l’hémorragie interne, résultant de coups violents. L’écrasement d’organes internes avec le saut et bien sûr la fracture des côtes.

Pour éviter cela déjà il faut le pratiquer avec une personne en qui on a confiance et qui est à notre écoute car comme dans la pratique du BDSM le domi sneakers doit respecter les limites de son soumis. Il y a également des zones où il vaut mieux éviter en trampling « complet » (quand le domi est entièrement debout sans autre appui) : le torse et le visage. Il faut également y allez progressivement pour s’habituer à cette pratique qui est en fait très physique. Car pour supporter le poids d’un homme sur son ventre il faut contracter ses abdominaux très fort et savoir le faire sur la longueur tout en respirant doucement et lentement ce qui évitera ainsi que le domi s’enfonce brutalement dans le ventre avec le risque d’un écrasement ou d’une suffocation.

Pour un trampling sur les mains, il faut que celles-ci soient bien à plat pour éviter une fracture des os de la main et répartir correctement le poids sur l’ensemble de la main. Pour ce qui est des cuisses, jambes et bien là c’est plutôt le contraire : il ne faut pas trop contracter les muscles car cela va permettre de répartir le poids sur l’ensemble de la cuisse et non juste sur le quadriceps tendu. Le trampling se pratique aussi bien sur le ventre que sur le dos, mais attention sur le dos, a contrario du ventre, il ne se fera que sur les fesses en évitant de monter sur les reins juste au-dessus. Les épaules ayant des os plus épais, c’est de ce fait un endroit à privilégier.

En résumé, il faut bien connaitre son corps, avoir lu deux ou trois choses en anatomie et savoir indiquer par un signe ou un mot, à son domi, qu’il va trop loin. La confiance est essentielle ! Tu nous parlais aussi de la préparation mentale et respiratoire, tu peux nous en dire plus ? Bien-sûr la préparation mentale est importante car c’est en se « déconnectant » mentalement que l’on arrive à être endurant plus longtemps et de ce fait à augmenter son plaisir. Pour la respiration il est important de continuer à respirer et de ne pas se mettre en apnée car dans ce cas on risque à un moment de relâcher toute pression dans les poumons et du coup créer un enfoncement brutal. Il faut donc continuer de respirer doucement et lentement pour garder en permanence une résistance face à la pression posée.

Cela te permet de repousser tes limites et accroitre ta résistance ; ce fétichisme te rend plus fort ? Oui certainement ; le fétichisme te rend dans tous les cas toujours plus fort mentalement car tu te libères et tu repousse toujours un peu plus loin tes limites. Vivre pleinement son fétichisme nous procure une sensation de liberté et d’épanouissement. Peux-tu nous conseiller un ou deux sites sur ce sujet pour des lecteurs qui voudraient s’initier ? Vous y trouverez sur ce premier site un schéma qui reprend les zones saines et dangereuses pour la pratique du trampling.

C’est à consulter avant de se lancer !

– https://es.lovense.com/bdsm-blog/ trampling

Après il y a deux sites que je consulte pour le plaisir (+ de 18ans) et en visionnant les vidéos cela donne des idées et des envies pour évoluer ou varier les plaisirs  : http://www.foxporns.com/gays – https://fr.pornhub.com/gay (puis taper le mot trampling dans la barre de recherche).

Un article paru dans Fetish by Qweek

 

Sexy

Vous serez intéressé par :