Le Workshow, « générateur d’ambiance », fait peau neuve

A la sortie du bus 29 et un virage à gauche après, le visiteur arrive rapidement devant le QG d’un bar gay-friendly. A proximité de châtelet et du célèbre...

A la sortie du bus 29 et un virage à gauche après, le visiteur arrive rapidement devant le QG d’un bar gay-friendly. A proximité de châtelet et du célèbre quartier LGBT+, Le Marais, le bar plante le décor du quartier Saint-Martin. La concurrence alentour fait pâle figure face cet établissement imposant. Bienvenue au Workshow. 

Anciennement nommé Workshop, le Workshow est acquis par Christian, en Mai 2019. A la réouverture du bar, le nouveau propriétaire entend apporter sa touche personnelle, à l’image de ses anciens établissements : Le Palmier, Le Zag à vins, l’atelier Duphot. Il s’empresse de lancer ses premières soirées. Au début de l’été, l’entrepreneur frappe fort et entame un important partenariat avec le patron de Garçon magazine, Christophe Soret. Le Workshow devient alors le QG de la rédaction pendant quatre week-ends consécutifs, avec L’apéro des garçons. L’affluence y est particulièrement culminante le samedi 29 juin, jour de la marche des fiertés. Sacré début.

A l’intérieur du Workshow, je rencontre le propriétaire, Christian. Dans sa combi’ d’ouvrier, il s’attèle aux travaux de son établissement, avec son équipe. Je me présente et nous échangeons quelques mots courtois. L’entrepreneur me propose un café et m’invite à prendre place sur la terrasse. Je m’installe alors à une table et sors mon dictaphone, un bloc-notes et un stylo. Quelques minutes passent. Christian se dirige vers l’extérieur, dans ma direction. Son changement de tenue répond parfaitement à sa casquette d’entrepreneur. Dans une atmosphère de travaux, Christian revient sur les coulisses de son bar et les prochains changements pour son établissement. 

Christian, qu’est-ce qui va changer au Workshow ? 

En septembre prochain, après les travaux effectués, l’établissement va pouvoir contenir 550 personnes, répartis au rez-de-chaussée et à l’espace clubbing. Il sera alors le plus grand bar gay français et européen ouvert à Paris, dans le quartier du marais.

Le sous-sol du Workshow accueillera une importante zone clubbing, pendant que le rez-de-chaussée sera l’occasion de découvrir notre nouveau soundsystem. Les deux niveaux seront totalement insonorisés.

Le Worskhow se démarque-t-il de vos anciens établissements ? 

Le Workshow s’inscrit dans la continuité du Palmier. Il a une belle terrasse et l’optimisation de sa surface, passant à 500m², fera de lui le plus grand bar-gay friendly de France et d’Europe. Il y a longtemps qu’un établissement comme celui-ci n’avait pas ouvert à Paris, dans le marais.

Quelles sont les sources d’inspirations du Workshow ? 

Je suis un homme du voyage et aime l’ambiance des soirées en Espagne, pays dans lequel je me rends souvent. L’atmosphère du Workshow résulte de mon amour pour les ambiances disjonctées des soirées techno-house espagnoles, ramenées des îles canaries, de Madrid et Barcelone vers Paris. 

Dans les années 1990, j’étais architecte et travaillais énormément dans le quartier LGBT+ emblématique de Paris, Le Marais. J’ai lancé de nombreux concepts pour des clients, parmi le K-Bar, le Mixer bar, l’Alcantara Café et l’Arène. 

Allez-vous proposer de nouveaux événements ? 

Bien sûr. Les organisateurs, mon directeur Jason et moi-même sommes encore en train de travailler sur les animations qui seront proposées, en septembre prochain. Mon intention est de mettre en place une soirée chaque jour de la semaine. 

Un premier événement vient d’être concrétisé, la Drag On. La soirée avait bien fonctionné à l’Abracadabar, à l’époque, et sera donc reprise au Workshow, dès la rentrée, chaque mardi soir. Des dates avec des DJ internationaux vont également être mis en place, pour les weekends. 

Le Workshow a-t-il des cocktails signatures ? 

A partir de septembre, le Workshow accueillera trois gammes de prix, dans la carte de nos boissons. Nous conserverons les cocktails haut-de-gamme déjà présents dans notre formule : l’Asian Tonic, l’Élixir et Chez Colette, à 12 euros. 

Pendant l’happy hour, la pinte de bière sera à 3,50 euros et certains cocktails seront à cinq euros, parmi le mojito, le caïpiroska ou le caïpirinha, et des grands sodas à 3,50 euros. Le but est d’étendre clientèle du bar, de 20 à 45 ans. 

Vous employez principalement des personnes issues de la communauté LGBT+. Quels sont donc vos critères de sélection ? 

Au regard de mon expérience, un employé doit être chaleureux et sympathique afin qu’il y ait une bonne symbiose entre le personnel du Workshow et la clientèle. 

Quand je gérais mes précédents établissements, Le Palmier, j’embauchais les employés sur ces mêmes critères, ce qui m’avait permis de créer une petite famille. 

Avez-vous des retours positifs sur l’ambiance du Workshow ? 

Effectivement. Aujourd’hui, les clients sont satisfaits de renouer avec l’atmosphère de mon précédent établissement, Le Palmier. Depuis la fermeture du bar dans les années 2010, ils n’avaient pu retrouver une ambiance similaire dans les autres bars. 

Plus d’infos : 

Workshow 

173 rue Saint-Martin

75003 Paris-Marais

Ouvert 7j/7, de 13h à 2h

0171243166

Actu gay

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE