Castany

Castany Photographies, photographe de l’âme humaine

Nous avons rencontré Jean Philippe, aka Castany, à l’occasion d’un petit café pris en terrasse du Labo. Il était venu nous montrer son book et nous parler plus spécifiquement...
Castany

Nous avons rencontré Jean Philippe, aka Castany, à l’occasion d’un petit café pris en terrasse du Labo. Il était venu nous montrer son book et nous parler plus spécifiquement des visages d’homme qu’il photographiait. Et il faut bien reconnaitre que ce qu’il nous a montré, nous a captivé immédiatement. Ces photos sont fortes, puissantes, brutes, sans décorum. Un bel art que nous avons voulu vous faire partager en particulier avec la photo de couverture et de ce magnifique homme qui crie et semble exprimer plein de choses. Ca interpelle, non ? 

Entretien avec Castany par Christophe Soret

Qui est Castany photographies ? Peux-tu nous parler de l’homme et du photographe 

Je suis un homme dans la cinquantaine plutôt discret et la photo est pour moi est une véritable passion qui me permet de rencontrer des personnes très différentes, qui accepte parfois de sortir de leurs zones de confort. 

Peux-tu nous dire d’où vient toute cette inspiration autour des portraits et le sens de ton art qui s’exprime majoritairement en noir et blanc ? 

J’aime travailler sur des portraits car j’ai l’impression que la lecture peut y être est plus profonde. Et le noir et blanc permet aussi parfois d’adoucir des images qui pourrait être “trop brute“ 

Qui sont tous ces jolis garçons ? Comment les trouves tu ? 

Ce sont des gens que je rencontre principalement sur des réseaux sociaux, dans la rue, par des amis.  

Sont-ce des amants ?

Ce ne sont pas des amants car si c’étaient des amants, mon regard serait bien trop différent, avec un résultat à mon sens moins intéressant.  

Si on s’attarde sur les portraits barbus, y a-t-il une volonté de ta part de valoriser la pilosité ?  

Je ne cherche pas particulièrement à valoriser la pilosité. La question ne se pose pas de cette manière car ce sont surtout les rencontres qui décident de ce que je vais faire et avec qui. Chaque modèle amène donc son histoire et sa personnalité, que j’essaye de capter avec un maximum d’objectivité et de respect. 

Ce type de photo marchent elles mieux que des garçons imberbes ? 

Les photos de barbu marchent peut-être plus en ce moment car il faut le reconnaître il y’a quand même un effet de mode. Le phénomène hipster se retrouve partout dans la rue ; homo, hétéro, beaucoup d’homme s’en sont emparé… Mais ce n’est pas ce qui me guide. 

Le style de ces hommes est assez brut, sans décorum. Cela donne plus de puissance au résultat. Qu’en penses-tu ? 

Oui je suis assez d’accord avec ça. Car je trouve que trop de décorum détourne le regard sur ce que l’on souhaite montrer ou exprimer. Je fais donc le choix qu’il y ai le moins de choses possible qui pourrait perturber la “lecture“ de l’image. Je veux préserver l’expression dans son aspect entier et ainsi interpeller, peut-être, plus fortement le regard du spectateur. 

Peux-tu nous parler plus particulièrement De ce magnifique homme barbu qui pousse un cri ? 

L’homme Barbu qui pousse Un cri ? Je dirais plutôt ces hommes qui crient car j’ai commencé cette série il, y’ à quelques temps. Parler d’un seul écarterais les autres et ce n’est pas ce que je souhaite, car c’est un travail que je veux avec des gens différents, et selon les crient on peut y voir de la colère, de la force, de la tristesse, donc non pas un seul homme, pas un seul cri. 

Ce cri que l’on retrouve sur d’autres modèles a-t-il un sens precis ? Est-il un acte de revendication ?

Il n’y a pas de revendications n’y de sens précis, “du moins que je souhaite expliquer ;-) “ Car j’aime l’idée que chacun s’approprie l’image à sa manière. Une lecture est très liée à ce que l’on est, à l’humeur du jour.  

Quelle sera ton actualité de ces prochains mois ? 

Dans les prochains mois, j’aimerai peut-être travailler sur une expo dans un lieu qui reste à définir et surtout continuer à rencontrer un maximum de gens qui m’inspirent et acceptent de me donner un peu d’eux même en posant pour moi et au travers de mes photographies.  

Où peut-on te rencontrer ? 

Je vis dans le Sud-Ouest à Bordeaux. Une région que j’affectionne particulièrement pour sa qualité de vie et toute l’énergie qu’elle incarne. 

Y a-t-il des endroits gays ou des soirées que tu affectionne plus particulièrement ? 

Je fréquente très rarement les lieux Gay il m’est donc difficile de répondre à cette question.  

Vends-tu tes photos ? Combien cela coute-t-il ? 

Oui Bien sûr on peut acquérir mes photos, il est difficile de parler de prix, cela dépend du genre d’image et du tirage. Mais je dirais que ça démarre à partir de 80 ,00 euros ce qui me semble très abordable et me permet de diffuser ainsi plus facilement mon art.  

Et comment nos lecteurs peuvent-ils faire pour en acquérir ?  

Pour cela il suffit de me contacter via les réseaux ou je poste mon travail et ou je suis très présent et donc réactif. C’est aussi la que je peux recevoir des messages de mes futurs modèles ; avis aux candidats ! 

Plus d’info :  

https://www.facebook.com/castanyphotographies 

Instagram à castanyphotographies

Interview

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE