Interview de Stan, barman du Bears ’den

Stan est ce qu’on appelle donc un Bear ou un Ours. Barman au bar le Bears’den, établissement emblématique de la culture Ours à Paris, il a accepté de répondre...

Stan est ce qu’on appelle donc un Bear ou un Ours. Barman au bar le Bears’den, établissement emblématique de la culture Ours à Paris, il a accepté de répondre à quelques questions, afin de se glisser dans les poils d’un autre. 

« On donne l’impression d’être fermés, entre nous, mais pas du tout ! » 

Comment est-ce que tu te places dans la communauté gay ? 

Au début j’étais plus un Chubby, mais maintenant je me considère comme un Bear. 

Je me sens légèrement à part, on a aussi nos codes à nous. Il ne faut pas croire qu’un Bear, c’est juste de la virilité. Non, un Bear peut aussi être efféminé ! On est poilu on est gros on est des gros PD : ça résume ce qu’on est ! 

« Rencontrer des gens qui me ressemblaient, ça faisait un bien fou, c’était un soulagement ! » 

Comment es-tu rentré dans cette communauté ? 

J’avais 18 ans, j’en ai 34 maintenant, j’ai commencé avec internet, je m’étais inscrit sur un site et c’est comme ça que j’ai rencontré le milieu Bear. J’ai pu parler avec des gens qui avaient la même corpulence que moi, la même pilosité. Voir des gens semblables a un côté rassurant, quand on découvre qu’on est gay, on se dit qu’on va être catalogué comme efféminé, « à la mode », distingués, sauf que je me disais que je n’étais pas comme ça !  

Je n’étais déjà pas hétéro, mais dans la communauté homo je n’étais pas comme les autres, alors rencontrer des gens qui me ressemblaient, ça faisait un bien fou, c’était un soulagement ! On se dit qu’on est normal, c’est rassurant, ça aide. 

 

Les mags en ligne

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE