Je ne suis pas un gay de fiction

« Je ne suis pas un gay de fiction » arrive en France

Jun est lycéen, et il est gay. Bien que vivant caché, il sait parfaitement qui il est. Fan de Freddie Mercury, il fréquente un homme plus âgé que lui…...
Je ne suis pas un gay de fiction

Jun est lycéen, et il est gay. Bien que vivant caché, il sait parfaitement qui il est. Fan de Freddie Mercury, il fréquente un homme plus âgé que lui… et marié ! Son seul véritable confident, Mister Farenheit, est une connaissance d’internet avec qui il discute via les réseaux sociaux. Mais quand un matin, au détour d’une librairie, il croise Miura, une de ses camarades de classe, en train d’acheter un manga homo-érotique, son quotidien va petit à petit s’effriter. Car cette dernière, fan de « tout ce qui est homo », ne voit pas l’évidence devant elle. Petit à petit, la lycéenne va tomber amoureuse de Jun… Ce dernier, prêt à tout pour entrer dans le moule et obtenir un bonheur « comme les autres », va essayer de répondre à cet amour. Combien de temps pourra-t-il entretenir ce mensonge ?  

Par Anonymous

Disponible depuis octobre dernier en librairie, « Je ne suis pas un gay de fiction » est un ouvrage dense qui a fait grand bruit lors de sa publication au Japon en février 2018. En effet, en décrivant avec un réalisme troublant le quotidien de Jun, Naoto Asahara a su fédérer autant les personnes concernées que les lecteurs lambdas et offrir à son roman un succès surprise et fulgurant ! 

A lire aussi : Claudius Pan, Carpe Noctem

En écrivant son roman à la première personne, l’auteur nous permet de découvrir les pensées de Jun et de ressentir chacune de ses émotions. « Bouleversant » est sans aucun doute l’adjectif qui convient le mieux pour définir cette œuvre qui questionne ses lecteurs sur plusieurs points : « Comment un adolescent sans repère est-il amené à vivre son homosexualité ? », « Pourquoi souhaiterait-il la cacher ? », « Est-ce que se terrer dans le mensonge est une solution ? ». Ainsi, à travers le regard et les pensées de Jun, Naoto Asahara explore le prisme de l’homosexualité en se permettant d’évoquer des sujets importants comme le SIDA. 

Une œuvre originale

Au-delà de cette description juste et poignante, le coup de génie de ce roman est de confronter Miura, une lectrice fan de boy’s love (manga homo-érotique destiné à un lectorat féminin), à un gay bien « réel ». Tandis que la littérature MM se développe, l’auteur nous interroge sur cette différence évidente entre « fiction » et « réalité ». Pourtant, Miura ne voit rien et tombe amoureuse de ce camarade de classe avec lequel elle peut parler de sa passion sans gêne. Un sentiment non partagé, mais une opportunité pour Jun de se sentir « comme les autres ».  

Avec ses 350 pages, Je ne suis pas un gay de fiction ne va pas manquer de faire parler, de remuer, d’émouvoir. Il permet également de ressentir ce qu’une personne en marge de la société peut éprouver. Un sentiment de mal-être tel qu’il peut nous amener à renier qui on est vraiment. 

Culture

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE