Couleurs Gaies, une association Solidaire et sociable

Couleurs Gaies est créée en 1999, lors du débat sur le PACS. Pendant plus de 20 ans, l’association n’a cessé de grandir et de gagner en visibilité. Aujourd’hui, elle...

Couleurs Gaies est créée en 1999, lors du débat sur le PACS. Pendant plus de 20 ans, l’association n’a cessé de grandir et de gagner en visibilité. Aujourd’hui, elle a un poids important dans la vie LGBT+ à Metz et continue de prospérer. Président depuis 2008, Mathieu Gatipon-Bachette revient sur les actions menées par Couleurs Gaies.

Propos recueillis par Ly Friché

Couleurs Gaies, c’est quoi ?

Couleurs Gaies, c’est le centre LGBTQI+ de Lorraine Nord, basé à Metz. Nous comptons 250 adhérents et bénévoles, et avons un bar associatif qui permet de financer nos actions.

Quelles sont les actions de votre association ?

A Metz et dans les villes périphériques, nous organisons des permanences d’accueil, d’écoute et d’orientation juridique pour des personnes qui ont des questions liées à leur orientation sexuelle ou qui souhaitent entreprendre une action en justice.

En dehors de ses locaux , Couleurs Gaies a un rôle actif dans l’organisation annuelle de la marche des fiertés et du festival Rainbow Weeks. Grâce à l’agrément octroyé par le rectorat, nous intervenons aussi auprès de 6000 élèves dans les collèges et lycées de la région, et de jeunes en mission de service civique.

Qu’est-ce qui fait donc la force de Couleurs Gaies, aujourd’hui ?

Nos 250 adhérents, nos 700 sympathisants, notre réseau associatif soudé et bien sûr notre visibilité locale, avec 6000 participants à la pride de Metz, chaque année. Cela nous permet de relayer des messages plus punchy et plus politiques.

Contrairement à d’autres associations, nous avons la chance d’avoir un ancrage telle que nous pouvons ne pas avoir à dépendre des subventions publiques, à rendre des comptes ou même à nous justifier pour intervenir sur certains sujets.

En décembre dernier, vous avez proposé une série de 20 mesures LGBT+ aux candidats de Metz pour les municipales. Quel est l’intérêt d’une telle démarche ?

Les candidats ne savent pas forcément comment nous soutenir, en dehors des subventions publiques. Il était donc important qu’ils aient des idées pour établir des mesures concrètes : formation d’agents d’accueil dans les mairies. d’agent relai auprès de la police municipale, etc.

On s’est grandement inspiré du dispositif « 76 mesures réalisables dans les communes », lancé par l’Inter-LGBT+. Par ce biais, nous avons donc établi 20 mesures réalisables sur le terrain local.

Finalement, votre association s’empare-t-elle des sujets actuels, comme la lutte contre l’homophobie, les thérapies de conversion la PMA et la GPA ?

Sur ces questions, nous sommes davantage dans une démarche d’accompagnement et de soutien et nous relayons par exemple les actions de l’inter-lgbt.

Sur des thèmes plus sensibles ou locaux comme les thérapies de conversion, les élus et certains professionnels (notaires, psychologues, avocats), vont nous solliciter et nous demander des conseils.

Avez-vous d’autres projets en perspective ?

Couleurs Gaies est en train d’explorer la piste de partenariats avec l’Allemagne et le Luxembourg pour lancer des événements transfrontaliers.

Du reste, nous allons continuer à intervenir en milieu scolaire et auprès des pouvoirs publics, mais aussi à développer notre festival Rainbow Weeks, qui ne cesse de grandir et de gagner en visibilité.

Interview express

Quel président associatif êtes-vous ?

Nous ne sommes pas président tout seul. J’essaie toujours de mettre en avant le collectif. A l’association, nous avons un noyau dur de personnes militantes.

Porté par un travail de coordination, l’objectif est de faire se rencontrer les personnes, mais aussi de dialoguer et de valoriser les actions de chacun.

Y a-t-il une action dont vous soyez fiers ?

L’organisation de la marche des fiertés. Elle a toujours son utilité et relaie un message politique fort. Je suis fier d’avoir réussi à préserver son esprit à la fois revendicatif et festif.

Avez-vous une icône de référence ?

Harvey Milk, pour sa capacité à mobiliser la communauté. Il n’a pas eu peur de s’engager politiquement et avait compris que les LGBT+ avaient besoin de s’organiser pour défendre leurs intérêts.

Un message à adresser à la communauté LGBT+ ?

Donner quelques heures de son temps à une association LGBTQI+, c’est faciliter la vie de beaucoup de personnes.

Association

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE