HomovertEs, « l’écologie implique l’égalité de droits et vice-versa »

Lancé à Lille en 2013, HomovertEs s’implique dans la défense des LGBTQI+ et de l’écologie dans la sphère locale et régionale depuis sept ans. Son fondateur, Jérémie Crepel, fait...

Lancé à Lille en 2013, HomovertEs s’implique dans la défense des LGBTQI+ et de l’écologie dans la sphère locale et régionale depuis sept ans. Son fondateur, Jérémie Crepel, fait le point sur les actions menées.

De concilier l’écologie et la défense des LGBTQI+ est …

Un même combat et le sens même de la fondation de l’association HomovertEs. Dans la nature, il y a énormément d’orientations sexuelles et d’identités de genre. C’est en ça que repose la défense de l’être humain, du féminisme et de la diversité.

Il y a un lien entre le sexisme et la destruction de la nature. Selon une étude Canadienne, l’étalage des valeurs viriles et des vieux schémas de binarité de genre, comme le refus de changement dans le comportement plus soucieux de l’écologie, empêchent la protection de l’environnement.

HomovertEs a-t-elle un poids important dans le sillon associatif ?

Il ne faut pas exagérer son importance. Elle est active dans les moments forts de la vie associative LGBTQI+, lors de la marche des fiertés et du salon LGBTQI+ de Lille.

A chaque fois qu’il y a eu des avancées LGBTQI+, des actes homophobes ont suivi : saccage du vice-versa par des radicaux d’extrême-droite, agression au parc de la citadelle. On a des difficultés mais on continue d’agir.

Comment intervenez-vous sur la scène politique locale et régionale ?

Nous possédons une commission LGBTQI+ au sein du parti EELV, à Lille, HomovertEs nous permet d’avoir une voix indépendante et de nous exprimer au sein du mouvement LGBTQI+, en faveur de l’écologie.

Je suis souvent amené à intervenir auprès des élus pour d’autres associations de défense des LGBTQI+. Je fais valoir les droits des couples homos qui n’ont pas l’autorisation de se marier, mais aussi des personnes trans qui sont mal accueillies dans les institutions publiques.

Avez-vous joué un rôle actif dans la mise en place d’un volet LGBTQI+ et écologique pour les municipales ?

Nous avons effectivement proposé des idées au candidat tête de liste EELV Lillois, notamment la formation des fonctionnaires (santé, police, justice, éducation, social) aux questions relatives aux LGBTQI+.

En octobre dernier, une vidéo de coming-out a été diffusée sur les réseaux sociaux et France 3 Hauts-de-France pour les municipales. L’objectif a été de se montrer visibles pour ceux qui ne le peuvent pas et de dénoncer les agressions homophobes dans l’espace public et en entreprise.

Finalement, y a-t-il encore des choses à faire pour faire avancer les droits LGBTQI+ et l’écologie à Lille ?

Les villes ont encore un rôle à jouer dans la lutte contre les LGBTphobies et dans l’inclusion sociale de toutes et tous, dans l’éducation, la santé, la culture, l’emploi, la police, et les espaces publics. Une meilleure justice spatiale doit être appliquée.

Pour cela, il faut davantage former les adultes aux questions liées à l’accueil du public LGBTQI+, au respect de leurs droits et à la déconstruction des stéréotypes LGBTphobes. .

Plus d’infos :

Découvrez l’actualité de l’association HomovertEs sur leur page Facebook.

Association

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE