Décès de Christophe Michel

Décès de Christophe Michel, le procès reprend

Le procès autour du décès de Christophe Michel reprend au tribunal de Créteil, jeudi 29 octobre. L’audience compte mettre en lumière les circonstances liées à ce drame.  Droit de...
Décès de Christophe Michel
Crédit photo : ADMD

Le procès autour du décès de Christophe Michel reprend au tribunal de Créteil, jeudi 29 octobre. L’audience compte mettre en lumière les circonstances liées à ce drame. 

Droit de réponse ! Deux ans après le décès de Christophe Michel, une audience se tient au tribunal de Créteil, jeudi 29 octobre. En cause, l’adjoint à la Maire de Paris, Jean-Luc Romero, entend confronté l’homme qu’il accuse d’avoir “laissé mourir” son conjoint au cours d’une soirée sous drogues et sous alcool. “Quand on fait du chemsex, il ne faut pas se dire que ça va passer et appeler les secours si une des deux personnes va mal.”, a confié l’homme politique. L’élu souhaite ainsi qu’il y ait une réelle prise de conscience sur les conséquences de cette pratique. “Je veux que sa mort serve à quelque chose. C’est vital. Je n’ai pas envie qu’il y ait plein d’autres Christophe qui meurent [de cette manière].”, exprime-t-il, précisant qu’il n’attend rien de plus de ce procès. 

A lire aussi : PLAY SAFE, E-PRÉVENTION ET RÉDUCTION DES RISQUES EN MILIEU FESTIF

En 2018, Christophe avait participé à une soirée Chemsex à Paris avec des connaissances. Au cours de la soirée, des drogues, type GHB, avaient été mélangées avec de l’alcool pour alimenter les expériences sexuelles. Le jeune défunt de 31 ans, qui n’a alors pas connaissances des drogues présentes dans ses verres, succombe au terme de la soirée. C’est le drame. En apprenant la tragique nouvelle, Jean-Luc Romero est profondément meurtri et souhaite que justice soit faite. “Mon mari si cher, Christophe Michel, est mort subitement. Il était toujours souriant, aimant, au service des autres. Une beauté intérieure aussi forte que sa beauté extérieure. Je suis inconsolable. Merci de respecter notre deuil et de penser fort à cet ange qui rejoint sa maman. “, confiait-il le mois du drame. Aujourd’hui, l’homme politique espère que cette audience viendra conclure des longs mois de procès. 

Sensibiliser plus que jamais

En mai dernier, Jean-Luc Romero a publié un livre mémoire sur son défunt mari, Christophe Michel, Plus vivant que jamais. Plus qu’un deuil, l’adjoint à la Maire de Paris entend faire de ce livre un véritable plaidoyer sur la question du Chemsex. “Le chemsex est partout. Sur Grindr, par exemple, une annonce sur toi [concerne cette pratique].”, souligne–t-il. “[Seule] une minorité de gays est informée sur ce sujet. [Et], aucun ministre n’a eu un mot sur les drogues de synthèse et le chemsex.”, poursuit-il. 

Pour sa réélection, la Maire de Paris avait d’ailleurs fait du chemsex un des sujets dans son programme de campagne. « Anne Hidalgo a été, selon moi, la seule à évoquer qu’une mairie allait s’engager dans l’action et la prévention sur le chemsex. {Pourtant], ça doit d’abord être le rôle de l’état.”, a tenu à préciser l’homme politique. A ce titre, Jean-Luc Romero travaille actuellement sur des campagnes de sensibilisation autour du chemsex avec la maire-adjointe chargée de la santé. “Nous allons bientôt réunir des associations qui travaillent sur cette question.”, a conclu l’adjoint à la Maire de Paris. 

Actu gay

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE