Festival des images aux mots

Le Festival “Des images aux mots” fait son retour

Le festival Des images aux mots revient à Toulouse et en Occitanie, à partir de fin janvier. Comme chaque année, la manifestation mettra à l’honneur les pépites qui font...
Festival des images aux mots

Le festival Des images aux mots revient à Toulouse et en Occitanie, à partir de fin janvier. Comme chaque année, la manifestation mettra à l’honneur les pépites qui font la culture LGBTQI+.

Plus merveilleux encore ! Le festival Des images aux mots, reviendra à Toulouse et en Occitanie, de fin janvier à fin février. Comme chaque année, la manifestation mettra à l’honneur les nombreuses réalisations françaises et étrangères qui vont faire l’année 2021. “A l’heure actuelle, nous faisons comme si le festival allait avoir lieu comme d’habitude en salle.”, explique Anne-Catherine Mezure, responsable de l’organisation du festival DIAM. “Un report n’est pas facile à mettre en place car il y a de nombreux festivals de cinéma sur la ville de Toulouse. Et puis, les salles de cinéma risquent d’être hyper sollicitées en mai et juin.”, poursuit-elle. En conséquence, l’objectif de l’événement se fait plus clair : faire se rencontrer tous les acteurs de la culture LGBTQI+.

A lire aussi : Outplay dévoile ses deux nouveautés DVD du mois

Depuis son lancement en 2007, le festival Des images aux mots, 100% bénévole, n’a cessé de rendre visible les nombreux métrages à thématiques LGBTQI+. Le but, “Piquer la curiosité des toulousains et des toulousaines, rendre accessibles des œuvres internationales et faire vivre ensemble les diversités.”, peut-on lire dans le communiqué. Parmi les grands titres du cinéma, il a notamment consacré le succès des films L’inconnu du lac, Pride, La belle saison, The Normal Heart, Théo et Hugo dans le même bateau et The Misandrists. En conséquence, c’est une manière de montrer que “cette énergie s’est propagée en Occitanie et installe désormais le Festival DIAM dans le paysage LGBTQI+ régional et national”.

Une édition adaptée

En pleine pandémie, l’équipe a réfléchi à toutes les possibilités pour lancer le festival dans les meilleures conditions possibles ; projections, interventions, cérémonies, etc. “Nous voulons exprimer notre entière solidarité et notre soutien au monde du cinéma et de la culture avec qui nous travaillons, nous, simples bénévoles.”, exprime Anne-Catherine. Pour garantir sa bonne tenue, les organisateurs ont dynamisé la promotion de l’événement sur les réseaux sociaux. “Il nous a semblé évident qu’en ce moment, maintenir le lien humain était le plus important, l’engagement militant doit être plus fort quand c’est difficile.”, affirme-t-elle. “DIAM ce n’est pas un simple festival de cinéma, c’est une plateforme d’échange, de rencontre, de lien pour la visibilité des LGBTQI+ donc cela doit l’être encore plus maintenant.”

Découvrez également : “Une bibliothèque gay idéale” classifie la littérature communautaire

Pour cette 14e édition, DIAM mettra la femme au cœur d’une programmation originale, faite de diversité, de grandes paroles et de talents, à Toulouse et dans la région occitane. En son sein, les réalisatrices Catherine Corsini (Un Amour impossible, La Belle Saison), Maria de Madeiros et Laura Castro (Our Children) et Christiane Spiero (Les Reines de la nuit) viendront notamment présenter leurs films. “Nous avons aussi prévu deux projections accessibles au public sourd et malentendant.”, confie Anne-Catherine, soucieuse d’inclure un large public.

Retrouvez aussi : LE REFUGE LYON LANCE UN MARCHÉ DE NOËL NUMÉRIQUE

Des interventions d’associations LGBTQI+ occitanes, comme Divers Seniors, et des performances artistiques viendront compléter la partie cinématographique du festival. “Nous avons aussi prévu une projection-début avec le Conseil départemental sur « La place des lesbiennes dans le féminisme local et national des années 70 à nos jours ». Cette intervention réunira une militante Brigitte Boucheron et une historienne Justine Zeller.”, précise Anne-Catherine. Suivant une clôture, dimanche 7 février au cabaret Le Kalinka à Toulouse, le festival partira dans le reste de l’Occitanie pour notamment projeter le documentaire La Première Marche, en présence des deux réalisateurs. 

Le message des organisateurs :

« Nous ne vous oublions pas, nous les 14 bénévoles de DIAM continuons le travail pour vous, le public. Le RDV est pris pour la 14e édition, peu importe la manière et les dates, la programmation est top. Nous nous sommes régalé.e.s en la faisant. Suivez-nous sur Facebook, sur Instagram et sur notre site. Nous nous retrouverons ensuite en salle et/ou en virtuel. »

événement
Avatar

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE