Val d'Europe LGBT and friends

Val d’Europe LGBT and friends, l’association qui veut être au plus proche de la communauté

...

Depuis sa création en 2014, Val d’Europe LGBT and friends est à l’image d’une association dynamique et conviviale. Loin de prétendre à la même légitimité qu’une grande structure parisienne, le collectif fait le nécessaire pour être un bon intermédiaire entre le périmètre qu’il couvre et la capitale. Bruno Canella, son actuel président, en parle avec nous. 

Quels sont les grands chantiers de votre association pour les semaines et mois à venir ?

Comme beaucoup d’associations, Val d’Europe LGBT and friends doit mobiliser et recruter des bénévoles, mais aussi des personnes qui souhaitent s’engager au-delà. De même, nous faisons tout notre possible pour remobiliser chacun, avoir de nouveaux adhérents et étoffer notre conseil d’administration. 

En comparaison à une ville comme Paris, comment vous impliquez-vous dans la cause LGBT ? Est-ce de la même manière ou à plus petite échelle ?

Je ne pense pas, non. Quel que soit l’endroit où l’on se trouve, les problèmes restent les mêmes, les droits à défendre de chacun sont identiques. Notre mobilisation, notre soutien, nos actions de relais sont notre engagement de chaque jour. 

Découvrez aussi : Qweek met le paquet dans ses infos

D’autre part, nous avons la chance d’être une communauté de communes où l’homophobie est un peu moins ressentie, donc peut être moins présente. En somme, la seule notion de différence qui pourrait subsister est celle des moyens humains et financiers, qui sont moins importants que des structures parisiennes. 

Jusqu’à présent, l’association a-t-elle réussi à améliorer le quotidien des LGBT dans le Val d’Europe ?

Je l’espère, oui. Notre soutien aux personnes LGBT isolées. Notre écoute permet de trouver un relais et de rediriger au mieux des personnes vers les organisations à même de répondre à leurs besoins (exclusion familiale ou autre, problèmes liés aux IST, etc.). 

Nous nous efforçons aussi de rassurer des parents, qui, sans pour autant avoir des soucis dans l’acceptation de leurs enfants LGBT, s’inquiètent du comportement de la société. Enfin, nos actions de prévention contre les discriminations apportent un regard sur la communauté et permettent ainsi d’améliorer le vivre ensemble. 

Diriez-vous donc que vous avez été un acteur dans le cheminement de l’association ou au contraire qu’elle vous a construit ?

Les deux. Comme tout le collectif, j’ai effectivement contribué à la visibilité de cette dernière, à l’obtention de sa reconnaissance. Cette implication a forcément joué sur l’émancipation toujours en cours du militant et du responsable que je suis. Et, je reste persuadé que les évolutions à venir amèneront une nouvelle pierre à ma propre construction personnelle. 

Représenter l’association est-il une fierté ou au contraire un lourd fardeau à porter ?

Une fierté, bien entendu. Aujourd’hui, je suis très satisfait du travail accompli par notre ex président Franck BROLIER, qui a créé Val d’Europe LGBT and Friends et du travail qu’il a lui-même accompli pendant ces six années de présidence. Il a su construire des fondations solides sur lesquelles je peux aisément m’appuyer. 

Une marche des fiertés est-elle envisagée dans votre secteur ou allez-vous continuer à porter vos couleurs à celle de Paris ?

Cela n’aurait pas de sens. Donc, non. Et puis, nous préférons inviter l’ensemble des personnes LGBT, nos adhérents, nos bénévoles à participer à la manifestation parisienne. 

Le mot de la fin, pour que nos lecteurs s’intéressent à votre association ?

Tu es seul chez toi, que tu veuilles simplement nous aider en adhérant, nous accompagner aux sorties, ou plus encore, t’investir au sein de notre collectif… Alors, suis-nous sur nos réseaux sociaux et rejoins-nous ! 

Plus d’infos :

Retrouvez également le Qweek Infos dans le nouveau numéro de Qweek disponible en ligne sur Calaméo, et dans les établissements partenaires à Paris.

Les mags en ligne

FERMER
CLOSE