CHICAGO, LE MUSICAL – SCANDALEUSEMENT BON !

LES SPECTACLES DU MOIS

Un an après l’adaptation de Grease, Stage Entertainment et le Théâtre Mogador s’attaquent à un autre mythe arrivant de Broadway,où il est à l’affiche sans interruption depuis 22 ans. Après le succès de la dernière saison, autant dire que ce musical était particuliè- rement attendu dans le monde des aficionados du genre. Et on n’a pas été déçu du résultat…

Par Grégory Ardois-Remaud

Un chapeau melon posé sur une chaise, le tout dans un halo de lumière. D’emblée, L’ambiance « cabaret » est posée. Ainsi, même si l’intrigue se situe en prison, dès le lever du rideau, on oublie vite l’atmosphère suffocante pour glisser vers le sulfureux, leglamour et le charleston. En effet, malgré le contexte, ici on rit, on chante et on danse. À cet effet, l’ouverture et le Faut qu’ça jazz d’une Sofia Essaïdi [Velma Kelly] au sommet de son art, donne le ton d’un spectacle où chacun des tableaux coupe le souffle tantpar la qualité des chorégraphies de Ann Reinking, que par la virtuosité de l’ensemble des interprètes à l’instar de Jean-Luc Guizonne[Billy Flynn], ou de l’espiègle Carien Keizer, parfaite dans le rôle de Roxie Hart. Du show donc, mais aussi de l’humour.

Même si le spectacle mise moins sur l’humour que Grease, on rit tout de même beaucoup, notamment grâce au personnage d’AmosHart [interprété par Pierre Samuel] et au duo, pour le moins cocasse, qu’il forme avec son épouse. Autre atout majeur : le décor. Serésumant à un orchestre au plaisir communicatif, celui-ci occupe à la fois une place centrale sur scène et dans le show, jouant avecles autres comédiens.

« Un show millimétré au service d’un texte moderne et féministe. »

 

Mais l’autre force de Chicago, c’est sa modernité sur les différentes thématiques abordées. Qu’il s’agisse de la presse, avide de buzz, ou des starlettes prêtes à tout pour leur quart d’heure de gloire, le texte aurait pu être écrit en 2018. Surtout, et c’est assez rare pourêtre souligné, cette adaptation joue également la carte du féminisme. Ici, les femmes se vengent, manipulent, dominent les hommes pour mieux gagner. Ce sont elles qui ont le pouvoir.

Pour résumer, mis à part une seconde partie un peu courte, et des événements qui s’y enchaînent un peu trop rapidement, cettedeuxième adaptation française de Chicago relève le défi de nous tenir en haleine grâce à un show parfaitement rodé et une mise en scène précise. Une fois de plus, Stage Entertainment réussit le pari de transposer un classique de la comédie musicale dans la languede Molière. On vous conseille d’y courir !

ÇA PARLE DE QUOI ?

Au cœur des années vingt, à Chicago, Roxie Hart, artiste de cabaret, tue son amant. En prison, elle est confrontée à Velma Kelly, double meurtrière mais surtout, chanteuse de jazz et idole de Roxie. Grâce à un avocat rusé, Billy Flynn, les deux femmes trouverontla voie de la liberté et du succès.

PLUS D’INFOS :

Au Théâtre Mogador jusqu’au 30 juin 2019. www.chicagolemusical.com

Crédits photos : ©Stage Entertainment.

News

Vous serez intéressé par :