Albinohector Artiste fetish passionné (et vice-versa) !

C’est au gré de nos navigations sur internet que nous sommes tombé sur le travail très élaboré d’Hector. Un jeune homme plein de créativité et qui vit pleinement de...

C’est au gré de nos navigations sur internet que nous sommes tombé sur le travail très élaboré d’Hector. Un jeune homme plein de créativité et qui vit pleinement de sa passion pour tout ce qui tourne autour du sportwear. Le survêt et les skets branchés n’ont plus de secret pour lui et c’est tout naturellement que nous lui avons proposé d’être la vedette de notre portfolio.

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Hector, j’ai 25 ans. Après avoir vécu pendant 8 ans à Madrid, je suis rentré dans ma ville natale, Valdepeñas, dans mon studio, où j’ai le temps et l’espace pour travailler (et m’ennuyer un peu…) Collectionneur de sneakers et accro aux survêts, j’ai étudié les relations entre fétichismes, sports, et la notion de masculinité ces quatre dernières années, et j’en ai fait un travail artistique.

Je suis actuellement graphiste et photographe à mon compte, et le directeur artistique des soirées fétiches de MyPleasure. J’essaie toujours de me faire une place dans la scène fétiche, car c’est là que je me sens bien, et où je peux être moi.

Quand as-tu créé ton compte Instagram ? Que désires-tu y montrer ?

J’ai d’abord utilisé Instagram comme un loisir sans lui donner grande importance jusqu’en 2013. J’ai vraiment débuté à créer, lorsque j’ai commencé mon projet final aux Beaux-Arts, en m’inspirant de la pornographie inspirée de l’univers sportif.

C’est alors devenu un outil de création et un espace pour exposer mon travail. Pour moi, Instagram, mais aussi Tumblr, sont des moteurs d’inspiration. J’aime ce langage simple, comment les images sont consommées, et c’est très présent dans mon travail. Avec le temps, je pense m’être construit un double personnage, un alter ego via Instagram.

Tu vends tes illustrations sur ton site, beaucoup de gens aiment ce type d’art ?

Oui. J’adorerais dire que ça se vend bien, mais non. Elles m’ont servi pour des dossiers ou portfolios pour des commandes vidéo ou des animations, ce qui me rend très heureux. Mais je suppose que les gens préfèrent continuer à les regarder derrière leurs écrans plutôt que les accrocher sur leurs murs. Je ne les blâme pas pour ça, après tout, elles ont été créées par un écran.

« Quand j’avais 18 ans, je passais des heures sur internet à regarder des images de mecs en survêt, et de la pornographie sur Tumblr »

En revanche, les masques que je fais avec les sneakers ne tiennent pas plus de deux minutes en stock ! Ce serait bien de faire une exposition bientôt afin que ces images puissent être vues physiquement.

D’où te vient cette passion pour les TN et le sportwear ?

J’ai toujours eu cette passion du sportwear et aimé les mecs en survêt, avec tout ce que ça comprend, les sweats, les chaussures, les attitudes. Quand j’avais 18 ans, je passais des heures sur internet à regarder des images de mecs en survêt, et de la pornographie sur Tumblr. Je n’étais pas encore très impliqué par contre, juste attiré. Jusqu’au jour où mon mec de l’époque m’a demandé de lécher ses airmax noires des années 90. portfolio J’ai adoré, et ce jour a marqué le début de toute cette passion.

Pour moi, la TN est la sneaker par excellence. Son design est inspiré de la faune marine, de la mer, et l’eau a une forte relation avec ce qui est organique, tout comme l’univers fétiche, sur le plan du design et de la philosophie. J’ai beaucoup de paires différentes aujourd’hui, et je m’en sers pour faire des masques.

Les TN de Nike sont associées à un concept très particulier de la virilité. J’aime cette idée des mecs des années 90 et 2000, un peu «  mecs à problèmes », qui écoutent de la musique électronique, aimant le 41 fetish tunning, très typique de mon pays à cette époque. J’adore ce type de mec, seulement, ils n’existent plus…

Quels sont les lieux dans lesquels tu aimes aller ?

J’ai toujours aimé les usines en ruine ou les lieux abandonnés. J’ai aussi un plaisir indescriptible à aller à la salle de sport jour après jour, pour les bruits, les machines, les matériaux, les sons, tout l’environnement que cela génère. C’est comme une expérience religieuse.

En revanche le top pour moi, je l’ai ressenti en visitant une casse de voiture. Ce côté mécanique, post-apocalyptique, sportif, ça m’a vraiment laissé bouche-bée devant tant de beauté. J’aurais pu vivre là ! J’apprécie aussi d’aller à des événements sportifs fétiches, mais il y a toujours une certaine façade, un déguisement pour la majorité de ceux qui y participent qui ne me transcende pas.

Pour moi, c’est plus authentique si on échange un regard complice en regardant une airmax qu’on veut acheter.

Quels genres de fétichismes sexuels faut-il pour te séduire ?

Attends, je déroule la liste ! (rires) Le fétichisme et ses options ne sont pas très importants pour me séduire. Je le vis d’une façon très personnelle, sans le rechercher chez les autres. Il est vrai que c’est un plus apprécié, car la personne ne m’en comprendra que mieux si elle connaît la culture fétiche et son histoire. Elle sera forcément plus intéressante à mon goût. Je n’ai pas la même approche avec des mecs qui sortent en club le samedi soir qu’avec ceux que je rencontre dans des conventions fétiches, qui eux, comprennent ce que je fais.

« En revanche le top pour moi, je l’ai ressenti en visitant une casse de voiture. Ce côté mécanique, post-apocalyptique »

Si je rencontre un mec avec le même fétichisme du monde sportif que moi, je vais l’idéaliser, ce qui est bien pour prendre des photos ou être attiré par son image, mais au final, une attitude cool est bien plus importante. Et surtout, il n’y a rien de mieux qu’une bonne estime de soi, de la confiance et de l’authenticité pour me séduire. C’est la clé !

Es-tu célibataire ?

Oui, toujours ! Je ne sais pas comment je fais, je dois vraiment être une personne terrible ! J’ai eu plusieurs histoires assez intenses jusqu’à mes 21 ans. Je ne peux pas dire que j’ai été très chanceux vu qu’elles se sont toutes très mal terminées. J’ai réalisé que je perdais beaucoup de temps pour moi et mon art, chose sur laquelle je devais me rattraper !

Donc maintenant, on peut dire que je suis marié avec ma passion et mon monde, auxquels je dédie toutes mes journées. L’art est très jaloux… mais je me rapproche de ce dont je rêvais il y a quatre ans et rien n’est mieux que ça. C’est difficile pour une personne de s’adapter à ça, autant que de s’adapter à quelqu’un. Mais je ne ferme pas les portes !

Quel genre d’homme aimes-tu ? Peux-tu nous citer une personne célèbre comme exemple ?

Je n’ai pas un profil type, mais je m’ennuie vite des plus pures et simples représentations de mâles. J’aime les hommes libres, qui aiment le risque, qui ne s’enferment pas dans une idée toxique de la virilité, et qui acceptent les autres. Je ne peux pas renier que je suis fou des corps ultra-musclés, mais j’aime aussi l’opposé et tout type de corps, car comme je l’ai dit, pour moi, l’attitude et l’originalité font tout.

C’est un peu cliché, mais une de mes plus grosses références est François Sagat, et pas dans ses pornos les plus violents. Je deviens fou quand je le vois en drag, en zombie à L.A, ou vêtu en latex rose. Son image est très versatile, chose que j’adore chez n’importe qui.

PLUS D’INFOS 

Instagram : @albinohector

skratxxxproject.tumblr.com

albinohector.bigcartel.com

Culture

Vous serez intéressé par :