Santé cul, je l’aime mais j’en prends soin

Qui dit rapport sexuel HSH, dit forcément plaisir(s) en lien avec le cul. Unique moyen de pénétration masculine, les pratiques anales sont peu nombreuses. Et, nous connaissons peu leur...
santé cul

Qui dit rapport sexuel HSH, dit forcément plaisir(s) en lien avec le cul. Unique moyen de pénétration masculine, les pratiques anales sont peu nombreuses. Et, nous connaissons peu leur impact en terme de santé sexuelle. Mais, quelles sont-elles véritablement et ont-elles des incidences sur la santé du cul ? Fetish vous présente trois pratiques liées au cul, L’Anal Flower, la sodomie et le Fist-Fucking, leurs risques et les potentielles précautions à prendre.

Voici les infos sur tout ce qui entoure la santé du cul :

Le fist-fucking :

Quels sont les risques ? Le contact entre les fèces et des muqueuses irritées peut entraîner une inflammation ou une infection. L’utilisation de drogues, en particulier sédatives ou anesthésiques locales, fait courir un risque plus important de complications par altération de la douleur et de la réactivité, et par désinhibition.

Quelles précautions à prendre ? Le Fist-Fucking nécessite une préparation minutieuse pour ne pas engendrer des lésions sur cette partie du corps. Les sphincters doivent s’étirer avant l’introduction des doigts dans l’anus. Avant toute pénétration, pensez à vous couper les ongles très courts et les limer, utilisez des gants médicaux, de préférence en latex ou en vinyle, résistants, stérilisés et facilement lavables. L’ajout d’eau est conseillé pour accompagner celle du lubrifiant, qui, à base de glycérine, s’évapore facilement.

santé cul

Le petit plus ? En complément, vous pouvez également avoir recours au poppers. Une pratique alternative et plus marginale que la première, le Foot-fucking, induit la stimulation du cul avec le pied plutôt que la main.

La Sodomie :

Quels risques ? Comme pour l’anulingus, la présence de résidus fécaux peut entraîner la contraction de MST. De même, une pénétration non-protégée, sans préservatif ni lubrifiant, augmente les chances de contamination au VIH/SIDA. En dehors, une pénétration trop brutale a des répercussions physiques, comme des micro-déchirures, des saignements ou des fissures anales.

Le petit plus ? Pour faciliter une pénétration plus profonde et intense, l’inhalation de poppers par le partenaire soumis et l’intromission délicate du pénis permettent une meilleure dilatation de l’anus et le recours à des exercices plus poussés.

L’anal Flowers (ou « flower-popping ») :

Qu’est-ce que c’est ? Fleur anale en Français, cette pratique est peu répandue en dehors du cadre pornographique. Elle consiste à pousser le sphincter anal à l’extérieur du corps, donnant lieu à la formation d’« une rose en pleine éclosion ». Les hommes ont généralement recours à cette pratique à la suite d’une sodomie, de telle sorte qu’on y constate une forme de gaping. Des variantes de l’anal flower impliquent l’expulsion d’un liquide (champagne, boisson pétillante), initialement introduit dans les intestins depuis l’anus.

Quels sont les risques ? En dehors de possibles lésions de certains petits muscles anaux à la suite d’une trop forte contraction, aucun risque significatif, lié à cette pratique, n’est connu actuellement.

Plus d’infos :

Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la sexualité anale dans ces deux ouvrages immersifs :

Erik Rémès, Osez le fist-fucking : Guide pratique pour elle et lui, La Musardine

Jacques André, Les 100 mots de la sexualité

Santé

Vous serez intéressé par :