Paris is Voguing

Voguing, une soirée ambitionne de représenter la scène ballroom parisienne

À Paris, l’incontournable rendez-vous de voguing, Paris is dancing, tend à réunir la communauté LGBTQI+ (et ses alliés) depuis deux ans. Une ambition que son initiateur, Tim Zouari, a...

À Paris, l’incontournable rendez-vous de voguing, Paris is dancing, tend à réunir la communauté LGBTQI+ (et ses alliés) depuis deux ans. Une ambition que son initiateur, Tim Zouari, a œuvré au cours de trois soirées thématiques. Focus. 

Une culture encore méconnue

Dès son lancement, en 2019, Paris is dancing a voulu mettre en lumière le voguing et la ballroom scene. Alors, pour le premier rendez-vous, Royal Bitch, l’événement a pu réunir un large public. Othman Zemmama, Barbara Opsomer, Alexis Mabille, Baby Dy, etc. Tout cela autour d’une cause commune : lutter contre TOUTES les discriminations en société. 

Ensuite, la seconde soirée, deux mois plus tard, a poussé l’évolution de l’histoire du voguing plus loin encore. Soit, l’intégration des personnes de ce milieu dans l’univers mainstream de l’argent, de la fête et du mannequinat. Son nom, Manhattan Billionaire. En somme, c’est un moyen de « faire de Paris is dancing un intermédiaire entre les amateurs de cette subculture et la ballroom scene française. »

Un retour en force

Portés par trois mots forts, amour, sexe et fantasmes, Paris is dancing est revenu à Paris, en juillet dernier. Derrière cette illustration du milieu voguing en terre nocturne s’est nichée une réelle volonté de revenir à la vie normale. « Nous avons été privés de nos plaisirs pendant longtemps. On peut enfin les retrouver. Nous allons plonger les gens dans l’ambiance torride du Red Light District d’Amsterdam. », peut-on voir sur la page Facebook de Paris is dancing. 

Découvrez également : Le Tango en passe de retrouver son essence originelle

Au programme de cet événement sulfureux, mode et fétichisme ont été mis sur le même plan. Et, pour ne rien entacher à cet imaginaire collectif, les plaisirs et le contact des corps chauds ont animé le concept sur scène et au sein du public. Cuir, plumes, glam, masques, pour n’en citer que quelques-uns. « Ils vont laisser les rythmes de Lazy Flow, Fukisama et Tim Zouari accélérer leurs BPM et favoriser les rapprochements. Et ce, pendant que Snake Ninja et Alaïa Balenciaga leur serviront de guides, dans un univers de luxure artistique, coquine, mais jamais vulgaire. », relate l’organisateur de la soirée Paris is Dancing, Tim Zouari.

Plus d’infos :

Retrouvez également cet article sur le voguing dans le précédent numéro de Qweek disponible en ligne sur Calaméo, et dans les établissements partenaires à Paris.

Les mags en ligne

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE