Qweek

Les Dérailleurs, le club de vélo LGBT+ où il fait bon de rouler ensemble

Les Dérailleurs est lancée au milieu des années 1990. À sa création, le club de vélo LGBT+ oriente son image vers les communautés gay, lesbienne et friendly. Mais, rapidement,...

Les Dérailleurs est lancée au milieu des années 1990. À sa création, le club de vélo LGBT+ oriente son image vers les communautés gay, lesbienne et friendly. Mais, rapidement, il élargit son positionnement et devient de plus en plus inclusif. Aujourd’hui, l’association sportive s’adresse à tou.te.s.

À la pointe !

Dès sa fondation, il y a 25 ans, Les Dérailleurs a toujours profité d’un réel engouement dans la pratique du vélo. Forte de son image gay, lesbienne et friendly, le club connait une pleine expansion au fil des années (180 adhérent.e.s) et de ses activités (plus de 300 randonnées proposées chaque année) . “On retrouve une envie de sortir des villes pour aller dans les forêts, avoir un contact avec la nature. “, confie Franck Morin, président des Dérailleurs. 

Relisez : ACGLSF, l’association qui porte une double voix aux personnes sourdes et queers

En marge du milieu sportif professionnel, l’association LGBT+ se veut ouverte et accueillante pour la communauté, ce qui la démarque des autres structures adeptes du vélo. “C’est une vraie fierté de montrer et de diffuser notre existence, mais aussi de créer cet espace de bienveillance où on peut pratiquer une discipline et apprendre à se connaître.”, exprime Franck Morin. Et, la rencontre entre les personnes jeunes et plus âgées, dont la moyenne est de 40 ans, démontre bien l’impact de leur objectif. 

Une pratique en plein air

Dans chacune de leurs excursions, sur une journée ou un week-end complet, Les Dérailleurs propose des moments de convivialité au terme de la randonnée. Le but, “partager un piquenique, apprendre à se connaître et créer du lien”. Et, l’objectif fonctionne puisque, dès la sortie du premier confinement, la Qweek – 11 ASSOCIATION structure a pu accueillir “des nouveaux adhérents, qui ont redécouvert le plaisir de faire du vélo, dans un groupe motivé et sympathique”. “On a la chance d’avoir une pratique qui reste possible en plein air, sans vestiaires, dans les forêts et sur les routes de France.”, souligne le président du club, précisant la mise en place d’une formation de 10 personnes à chaque activité. 

Comment se passe la vie associative chez Les Dérailleurs depuis la fin du troisième confinement ?

À vrai dire, nous avons toujours organisé des randos périurbaines en respectant le fameux rayon de 10km, en petits groupes. Nous avons également maintenu des visios conviviales (gym, quizz musicaux), mais aussi ouvert la rénovation de notre site web. 

Tout cela a permis de conserver un lien fort entre nous et faire en sorte qu’aucun membre ne se retrouve isolé. Le déconfinement a donc eu lieu très vite et très fort, à la fois sur le deux-roues, de même que pour les moments sympathiques. 

Quelles sont vos prochaines activités ? 

Sur notre site web, nous proposons des randos tous les week-ends (principalement le dimanche) aussi bien en VTT qu’en vélo de route. Il y a 3 niveaux qui sont facilement repérables (1-3 pignons pour le VTT et 1-3 cocottes pour la route). 

Découvrez aussi : Saint-Denis, nouveau bastion de lutte contre les LGBTphobies ? 

C’est également la saison des réunions d’antenne, avec l’opportunité de rencontrer tous les adhérents. Enfin, nous aurons une soirée spéciale anniversaire le 2 avril 2022 et la préparation de notre prochain grand rassemblement GéRéVé en 2023 ! 

Un petit message à nos lecteurs pour qu’ils tentent l’aventure des Dérailleurs ? 

L’association vous permet d’aller plus loin dans la pratique de la bicyclette, en s’écartant de la densité urbaine. Ensuite, c’est l’occasion de ne pas rouler tout.e seul.e, car chez nous c’est aussi bien entendu un espace LGBT+ inclusif où chacun.e est accueilli.e avec bienveillance et bon esprit.

Plus d’infos :

Retrouvez également l’article sur Les Dérailleurs dans le dernier numéro de Qweek disponible en ligne sur Calaméo (et dans les établissements partenaires à Paris).

Les mags en ligne

Vous serez intéressé par :