Paris : le départ de la pride promet d’être historique

...

Cette année, la marche des fiertés va commencer à la banlieue proche de Paris. Un parfait moyen de démontrer l’importance d’inclure tou.te.s, en vue des régionales et des présidentielles.

Du jamais vu dans l’histoire ! Au départ de Pantin (Seine-Saint-Denis), la mobilisation va voir grand dans l’alliance avec les personnes LGBTQI+ à proximité de Paris, le 26 juin prochain. « Nous voulons en profiter pour déconstruire les préjugés sur les banlieues et mettre en avant les associations de Seine-Saint-Denis qui font un gros travail. Nous n’avons pas de doute que la Marche sera très bien accueillie. », a confié Matthieu Gatipon-Bachette, porte-parole de l’Inter-LGBT, à TÊTU

Retrouvez également : France : les Fiertés redonnent de bien belles couleurs

En somme, c’est un parfait moyen de compenser le manque de chars et donc de festivités… contrairement aux années précédentes. Et ce, « pour pouvoir respecter les mesures sanitaires ». En fin de journée, le mouvement arrivera à la Place de la République, lieu de clôture par excellence depuis de nombreuses années. 

Une manifestation politisée

À un jour du second tour des Régionales, le message des militant.e.s s’adressera notamment aux candidats encore en lice. Transports, lycées, développement économique et subventions à la culture figureront entre autres choses dans les revendications. « La région doit se battre contre les discriminations. Les élections sont particulièrement importantes sur les sujets LGBTQI+. », a poursuivi le représentant de l’Inter-LGBT. Ensuite, et ce à un an des Présidentielles, les questions relatives à la loi bioéthique (qui comprend la PMA pour toutes), aux thérapies de conversion, mais aussi au VIH seront au coeur de la marche. 

Fiertés LGBTQI+

Une autre mobilisation, plus réfractaire

Toujours à Paris, les jeunes activistes vont également célébrer les fiertés LGBTQI+, une semaine avant l’Inter-LGBT. Et ce, pour mieux les viser. « [Les responsables] de l’Inter-LGBT sont quasiment tous blancs ». Dans un communiqué, la présidente de BAAM Paris, qui sera présente pour ce rassemblement, a notamment cité un épisode où l’organisation parisienne a refusé de mettre une musique zouk, parce que « pas assez rythmée ». Sans parler de sa position imprécise sur la situation des migrant.e.s de son absence de mots… 

Découvrez aussi : Paris : un premier event va mettre de l’arc-en-ciel dans le Marais

En second lieu, les collectifs participants (BAAM, Act-Up, Divines LGBTQI+, Acceptess-T et Solidaires) ont pointé du doigt le pinkwashing qui s’exerce dans les relations liant l’institution activiste et le milieu capitaliste. Coca-Cola, Air France, Orange et Mastercard, pour n’en énumérer que quelques-uns. « [Ces] grands groupes [ne sont] pas compatibles avec la lutte LGBT et antiraciste. », martèle Pierrette Pyram, membre de Divines LGBTQI+. « Air France illustre les causes LGBT+ dans ses campagnes de pub et est présente aux marches, mais derrière s’en tamponne de savoir qui elle expulse. », ajoute Héloïse, pour 20 minutes.

Agenda gay de Paris
Avatar

FERMER
CLOSE