SWEETY BONBON, DOUCEUR ACIDULÉE ! 

Sweety Bonbon, ce nom très rond derrière lequel se cache Maxime, est un des artistes résident du Diva’s Kabaret, nouveau cabaret emblématique du vieux Paris. Artiste complet, Sweety chante, danse, se transforme en certaines...
Miss Argentique : Portraits sessions made in Paris

Sweety Bonbon, ce nom très rond derrière lequel se cache Maxime, est un des artistes résident du Diva’s Kabaret, nouveau cabaret emblématique du vieux Paris. Artiste complet, Sweety chante, danse, se transforme en certaines chanteuses que vous connaissez, et vous fait rêver à chacune de ses prestations. Focus sur un garçon au grand cœur !  

Un article de Damien Guignard

« Venez au Diva’s Kabaret comme on va à la maison ! »  

Tu as une approche différente du transformisme. 

Dans le transformisme, il y a des ressemblances avec des femmes ou des artistes, je fais par exemple Tina Turner. Mais j’aime bien l’ambiguïté que ça peut générer, le fait de se maquiller en restant homme, sans perruque. Ce que j’aime, c’est le côté esthétique de la scène, du maquillage, qu’il soit féminin ou masculin. Quand je me maquille, je suis aussi dans l’autodérision, je prends moins de risques, je me dis que sur scène, c’est le personnage, pas moi directement.   

Tu es une des têtes d’affiche du film « Les Reines de la Nuit » ça fait quoi de se livrer de manière si intimiste devant des caméras ?   

Ça ne met pas forcément à l’aise, mais ça fait du bien quand même. Pouvoir parler du travail qu’il y a derrière, dire que ce n’est pas juste un passe-temps. Parler de manière sérieuse donne du corps à ce métier, du fond. Quand tu es transformiste ou même uniquement du milieu de la nuit, c’est compliqué de conjuguer une vie amoureuse. La personne doit vivre la même passion ou alors doit la comprendre, ainsi que le travail, l’implication que ça demande.   

Tu es un des résidents du Diva’s Kabaret, aux côtés de LaDiva Live et de Lara Full Camp.   

On essaye de créer une synergie entre chacun, un fil conducteur et une part d’impro. Il y a une part de liberté et d’échange avec le public. LaDiva Live veut que les artistes soient épanouis et se sentent bien sur scène, et ça, c’est super ! Et elle est un modèle et une chanteuse avec une technique impressionnante !  

Qu’est-ce qui fait que cet endroit est différent des autres où tu as joué ?  

Premièrement, le fait qu’on nous laisse faire du live ! Mais aussi le charme qu’on retrouve avec le cadre, la cave qui est magnifique. 

Au Diva’s Kabaret, tu joues du piano, tu chantes, tu fais du lip-sync.

J’aime chanter, j’aime performer, j’aime tout faire ! Et le public réagit différemment à chaque numéro.  

L’artiste que tu idolâtres et qui t’inspire par-dessus tout ?  

Ray Charles, en tant que pianiste et son univers musical. Julie Andrews, je l’adore ! Je suis un grand fan de ses performances ! Parmi les drag-queens et transformistes, j’aime Golda, qui m’a tellement inspiré ! Fenix aussi qui m’a beaucoup appris !  

Est-ce que tu as un message à faire passer ?  

Venez au Diva’s Kabaret comme on va à la maison !   

Plus d’infos :  

Diva’s Kabaret   

33, rue des rosiers PARIS 4  

Divas-kabaret.fr  

Facebook : @Sweetybonbon 

CultureInterviewNews

Vous serez intéressé par :

  • La créature de la semaine : Baby Dy

    Baby Dy s’est lancé sur la scène drag au lendemain de la marche des fiertés, en juillet 2019. Au rythme de ses shows, il s’est fait une place dans...
  • « Fille à pédés » de Lola Miesseroff

    Publié aux éditions Libertalia, « Fille à pédés » nous plonge dans une biographie intime autour de l’auteure elle-même Lola Miesseroff. A coup d’anecdotes personnelles et d’épisodes contextualisées, c’est...
  • Dans l’antre du voguing

    Importé des Etats-Unis par Lasseindra Ninja, le voguing apparaît à Paris, en 2005. Dans une société anti-communautariste, il peine à trouver sa place mais finit par s’imposer. Aujourd’hui, Paris...
  • Ces dix livres font la joie des LGBT+

    Well, well, well, Dokkun, Un Amour de Jeunesse, My Angel … Portant sur des sujets différents et dans des formats divers, ces œuvres font le plaisir du lectorat LGBT+....
FERMER
CLOSE