« Fille à pédés » de Lola Miesseroff

Publié aux éditions Libertalia, « Fille à pédés » nous plonge dans une biographie intime autour de l’auteure elle-même Lola Miesseroff. A coup d’anecdotes personnelles et d’épisodes contextualisées, c’est...

Publié aux éditions Libertalia, « Fille à pédés » nous plonge dans une biographie intime autour de l’auteure elle-même Lola Miesseroff. A coup d’anecdotes personnelles et d’épisodes contextualisées, c’est une œuvre pleine d’histoires et chargé d’Histoire qui nous est contée.

« Beaucoup de femmes ont eu une enfance rangée ou dérangée, la mienne aura plutôt été de l’espèce dégenrée. ». Sur cette phrase forte et significative, Lola Miesseroff, plante le décor de son histoire. « Né à l’automne de l’an 1947 », l’auteure met en abîme une éducation, entourée par des hommes : Micha, Ahmed Salah Boulgorah dit « Boule, mais aussi ses amis, comme Diego et Elian. C’est le point de départ d’un long récit, finement consacré par une étiquette qui lui collera à la peau toute sa vie, « Fille à pédés ».

Au fil de la trame de son livre, Lola Miesseroff manie avec intelligence les codes pour mieux les détourner. A tel point que la non-normalité, pourtant atypique et stigmatisante, est banalisée. L’échange des noms entre chaque sexe, faisant d’une Monique un garçon et d’un Richard une fille, au même titre que le rapport à la sexualité et au genre, devient alors une pratique commune. Tout la magie s’opère alors.

Lola, (au) cœur de l’Histoire

« Fille à pédés » est aussi l’histoire d’une femme militante, souvent avec les hommes et parfois contre les femmes. Dans un rythme effréné, Lola Miesseroff balaie toutes les mobilisations du revers de sa plume : révoltes de Mai 68, premières émeutes du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) en France, droit à l’avortement, lutte contre l’homophobie, dénonciation des morts liées au SIDA et même l’union homosexuel.

Tel un reflet dans le miroir, Lola Miesseroff est la parfaite témoin de son époque. Sans rien oublier, l’auteure passe au crible tout élément qu’elle juge d’importance majeure. Elle y parle des premières « folles de Paris », des apprentis gigolos, des travestis et même des personnes trans. Le clou final, un savant mélange entre passé et présent, interconnecté entre de nombreux flashbacks immersifs. Un pur délice.

Plus d’infos :

Découvrez l’histoire personnelle de Lola Miesseroff, « Fille à Pédés », en librairie en cliquant ici.

Culture

Vous serez intéressé par :

  • Dans l’antre du voguing

    Importé des Etats-Unis par Lasseindra Ninja, le voguing apparaît à Paris, en 2005. Dans une société anti-communautariste, il peine à trouver sa place mais finit par s’imposer. Aujourd’hui, Paris...
  • Ces dix livres font la joie des LGBT+

    Well, well, well, Dokkun, Un Amour de Jeunesse, My Angel … Portant sur des sujets différents et dans des formats divers, ces œuvres font le plaisir du lectorat LGBT+....
  • Claudius Pan, Carpe Noctem

    « Carpe Noctem est l’oeuvre la plus frontale que j’ai créée, sans détour, sans caresses. » Avec Carpe Noctem, Claudius Pan nous esquisse une véritable odyssée en pleine nature...
  • Emily Tante

    Elle bat le pavé comme personne avec son drag militant toujours teinté d’une bonne dose d’humour. Elle est généreuse et engagée. Ce mois-ci on vous présente une Queen qui...
FERMER
CLOSE