cam4

CAM4 donne le ton à un porno new age

Alternative aux labels pornos classiques, CAM4 dédie son réseau à une nouvelle approche au X. Par une liberté de contenus et une autonomie des cameurs, le rapport avec le web...

Alternative aux labels pornos classiques, CAM4 dédie son réseau à une nouvelle approche au X. Par une liberté de contenus et une autonomie des cameurs, le rapport avec le web spectateur est plus étroit. Jusqu’à aujourd’hui, cette identité a permis à CAM4 de se démarquer et rencontrer un rapide succès. Pour mieux illustrer le label, Qweek a choisi de mettre à l’honneur un de ses meilleurs cameurs, Thony Grey.  

Thony Grey, quelles sont vos impressions sur la première vidéo jouée pour CAM4 ?  

Il y a un réel changement entre mes anciennes cams pour CAM4 et celles de maintenant. Mais, je tiens à garder un côté amateur dans mes vidéos pour rester au plus près de mes viewers.  

Pourquoi avez-vous choisi CAM4 comme label pour votre carrière dans le porno ?  

J’ai découvert CAM4, un peu avant mes 18 ans. Une cameuse active du label, Vic Alouqua, était passée sur Sept à Huit (TF1), à l’époque. J’ai tout de suite accroché. A ma majorité, je me suis directement lancé dans la carrière de cameur.  

CAM4
Crédit photo : CAM4

Etre CamBoy, pour vous, c’est quoi ?  

Etre Camboy, c’est un travail à plein temps. Nous sommes constamment jugés par les autres et traités de « gays », « crades » et « porcs ».  La communauté LGBT peut donc l’imaginer mieux que personne.  

J’ai parfaitement conscience des dégâts que la carrière de cameur peut engendrer sur notre quotidien. L’image nous colle à la peau toute notre vie. Il faut avoir un mental d’acier pour y faire face.  

Votre meilleur fantasme ?  

Chez CAM4, nous parlons davantage de scénario que de fantasme. C’est ce qu’aiment voir les personnes qui nous regardent.  

Une fois, j’ai dû faire semblant d’être attaché, torse-nu dans une voiture de police. J’étais sur le ventre, au moment de la scène. J’essayais de me détacher, je me tortillais. C’était vraiment intense.  

Simulez-vous une jouissance pendant vos cams ?  

Non. Je jouis naturellement durant mes shows. Les viewers me demandent juste d’augmenter le son pour que la jouissance soit plus intense. Un gémissement basique devient alors plus intense et plus fort.  

CAM4
Crédit photo : Monsieur Kay

Un endroit insolite dans lequel vous avez joué ?  

Il y’en a plusieurs. J’ai essentiellement tourné dans des endroits publics : centres commerciaux, aéroports, parking, ou encore cruising areas.  

Le pire scénario qu’une personne vous ait proposé ?  

Certains fans m’ont déjà demandé de me raser la tête, de réaliser un fist anal ou encore d’avoir un rapport sexuel avec plusieurs hommes. J’ ai, tout naturellement, refusé. Tout fantasme a un prix, tant que ça ne vire pas à l’extrême.  

Votre meilleure cam ?  

Aucune, à vrai dire. Entre deux ou trois cams, chaque jour, je m’adapte plutôt aux demandes de mes fans, à ce qu’ils veulent voir, ce qui leur fait plaisir :  mon corps, ma queue et mon cul.  

A lire aussi : Porno gay, une affaire de réalisateurs

J’aime prendre des risques, quand je réalise mes cams. C’est encore plus excitant. Il faut sans cesse se démarquer des autres pour gagner un maximum de viewers. C’est la dure loi du business !  

Amour ou Sexe ?  

Les deux. L’un ne va pas sans l’autre, à mes yeux. Sans sexe, il n’y a pas d’amour, et inversement.  

Un dernier mot ?  

Tout le monde est le bienvenu sur ma Cam et mes réseaux sociaux. Il y a beaucoup de choses à découvrir sur moi, en dehors de ma carrière chez CAM4.  

CAM4
Crédit photo : Monsieur Kay

Plus d’infos :  

Retrouvez l’univers de CAM4 sur leur site web. En dehors de CAM4, Thony Grey est actif sur le réseau social Instagram.  

Les mags en ligne

Vous serez intéressé par :

FERMER
CLOSE