Suicide : Alexandre, comment revivre après deux tentatives ?

...

Il y a sept ans, Alexandre fait deux tentatives de suicide à quelques semaines d’intervalle. Sauvé par un parfait inconnu, le jeune homme a ensuite été hospitalisé dans un institut psychiatrique. Aujourd’hui âgé de 33 ans et résidant à Lille, il a repris goût à la vie et a un message fort à faire passer aux personnes qui traversent cette sombre période. Il en témoigne. 

Alexandre fait sa première tentative de suicide à 25 ans. En cause, la solitude, l’abandon, les problèmes personnels avec ses amis et sa famille. Petit à petit, le jeune homme se replie sur lui-même et perd alors goût de la vie. Ce qui l’amène à commettre presque l’irréparable. « Une écharpe, une poutre… Et voilà que j’étais suspendu à quelques centimètres du sol. Heureusement, le nœud n’a pas tenu ! C’est la première fois que je parle de cet épisode. Et pourtant, il y a eu des signes avant-coureurs de mon mal-être. J’étais déjà habitué à scarifier mon corps avec un rasoir. À mes yeux, la douleur mentale était tellement insupportable que la douleur physique était une échappatoire. », confie-t-il. 

Deuxième tentative

Quelques semaines plus tard, l’épisode se répète, mais, cette fois-ci, il est suivi d’une hospitalisation et d’un séjour dans un établissement psychiatrique. « J’étais chômeur, mon copain de l’époque venait de me quitter, mes amis m’avaient tourné le dos, les liens familiaux étaient tendus et je ne m’alimentais plus. Je n’avais plus goût en rien.  Un après-midi, en sortant de la salle de sport, je suis passé par-dessus la barrière d’un pont. Alors que je m’apprêtais à sauter, un homme qui passait en voiture s’est arrêté, m’a attrapé et m’a retenu. Je n’ai aucun souvenir de ce qui s’est passé après, je me suis réveillé aux urgences de l’hôpital. Un jour plus tard, j’étais en institut psychiatrique où je suis resté 10 jours. »

Suicide
Crédit photo : Greg

Retrouvez également : Les profils à éviter sur les sites de rencontre

La guérison

Il faut sept ans à ce jeune homme pour en parler ouvertement. Aujourd’hui, il accepte cette partie de son histoire et croit qu’elle peut servir aux autres personnes en difficulté. En ce sens, Alexandre a un conseil aux personnes concernées : parler avec quelqu’un, quoi qu’il en coûte. « Parfois on a l’impression d’être complètement seuls, mais il y a toujours des gens autour de nous. Il faut juste essayer de s’accrocher aux petits plaisirs de la vie, et aux personnes qui tiennent à nous. » 

Plus d’infos :

Vous êtes dans la même situation que le jeune Alexandre ? Vous pouvez vous rapprochez de l’association Stop Suicide Jeunes LGBT, impliquée dans cette cause.

* Veuillez trouver l’intégralité de cet article dans le N32 de Garçon Magazine daté août-septembre 2021 

Retrouvez aussi le témoignage d’Alexandre (partiel) dans le nouveau numéro de Qweek disponible en ligne sur Calaméo.

Les mags en ligne
FERMER
CLOSE